Accueil > Contenus d'enseignement > Formation personne et citoyen > Règles - Loi

Nous avons testé le conseil coopératif !

Temps de lecture : 11 minutes
Nous avons testé le conseil coopératif !

Régler les conflits ? Réguler sa vie de classe ? Donner l’esprit d’initiative et d’autonomie en classe ? C'est possible grâce à la pratique régulière du conseil coopératif. Témoignages.

Définition

Le conseil coopératif, ou conseil de coopération, est un moment régulier de la vie de la classe, généralement hebdomadaire, qui rassemble l’ensemble des élèves d’une classe et l’enseignant, pendant 30 à 45 mn, afin de régler les problèmes du quotidien, mettre en place des détails de fonctionnement ou des projets individuels ou communs pour la classe.

“Le conseil” est une entité à part entière qui porte un pouvoir décisionaire sur la vie de la classe, l’enseignant ou l’individu élève n’étant pas le seul décideur.

Il est utilisé dans les pédagogies de type institutionnelle ou Freinet, mais peut s’intégrer efficacement dans n’importe quelle classe de la Maternelle au lycée.

Le mur

Parallèlement à la mise en place de ce conseil, un “mur” est installé en classe, sur lequel, pendant la semaine, les enfants peuvent librement accrocher des messages concernant des remerciements, des problèmes rencontrés ou des idées pour la classe.

Quelles précautions pendant le conseil ?

  • installer les élèves et l’enseignant de façon à ce que tout le monde se voit.
  • poser des règles de départ : “Chacun a le droit de prendre la parole en levant le doigt” ; “je ne me moque pas”...
  • afficher un ordre du jour : concerne la lecture des messages posés sur le “mur” pendant la semaine, mais aussi des décisions concernant l’actualité de la classe ou d’un projet en cours.
  • choisir un président de conseil, qui distribue la parole et mène les débats, un secrétaire qui prend note des décisions (il peut s’agir de l’enseignant pendant les premiers conseils).
  • faire le conseil en début de matinée permet d’avoir un moment de meilleur écoute qu’en fin de journée.

Déroulement

Le président de séance déclare le conseil ouvert.
Il lit l’ordre du jour.
Il distribue la parole à ceux qui le demandent, il interroge les enfants concernés par les propos.
Il vérifie que le secrétaire a le temps de noter les décisions dans le cahier de conseil.
Il est le garant du respect des règles du conseil.
Lorsque tous les sujets à l’ordre du conseil sont traités, il déclare le conseil clos.

Quels avantages ?

  • Le conseil libère la parole de l’enfant : chacun est libre de parler, toute parole est acceptée. Ce qui est dit au conseil reste au conseil.
  • Les conflits sont gérés à froid par les élèves : l’utilisation du “mur” permet de différer la résolution d’un problème. Des idées de résolution sont proposées par l’ensemble des élèves, et non par le seul enseignant. La parole de l’enfant est souvent plus porteuse que celle de l’adulte dans la solution ou “réparation” demandée face à un problème.
  • Le conseil coopératif libère l’inventivité et la créativité : à force de parole libérée, des initiatives ou des idées inattendues peuvent émerger, et redynamiser la vie de la classe.
  • Les décisions du conseil ont un poids beaucoup plus important que celui du simple enseignant : les décisions sont prises en commun, réfléchies, aménagées…

Témoignages

En CP, j’ai eu la chance de bénéficier d’une formation particulièrement intéressante autour du “conseil coopératif” (Le conseil coopératif, régulateur de la vie de classe, formation animée par Céline Grislain à Lille). 
Chaque semaine, le jeudi matin, mes 26 élèves préparent eux-mêmes l’espace destiné à ce conseil. J’établis un ordre du jour, concernant la lecture du “mur” (félicitations et remerciements, problèmes, idées) ainsi qu’un aspect de la vie de la classe (exemple : établir les responsabilités dans la classe).

Le conseil commence par le rappel des règles de base. Ces règles sont remises à la discussion à chaque conseil.
En début d’année, je suis président du conseil. A partir du mois de janvier, les élèves choisissent un président volontaire. Je suis chargé de prendre note, dans le cahier de conseil, des décisions qui sont prises.

Les félicitations sont lues, et explicités par l’auteur du message.
Pour les problèmes, l’auteur du message doit expliquer les circonstances du problèmes, et la personne mise en cause peut se justifier ou s’expliquer. Le conseil commente, demande des explications, et décide de la solution possible ou d’une réparation demandée.

Ce conseil hebdomadaire est accompagné d’une chose essentielle : la mise en place progressive du règlement des conflits de manière positive et non violente (CNV, Communication Non Violente).
Je l’ai adaptée au niveau du CP en leur demandant, lors d’un conflit, de “dire les 3 choses” :

  • ce qui s’est passé (sans juger)
  • ce que ça m’a fait (émotions, sentiments)
  • ce que je demande (comportement, réparation…).

Si le problème n’est pas résolu ainsi, il fait l’objet d’un message sur le mur de la classe pour le conseil suivant.

Ainsi, un enfant qui se fait dépasser dans le rang, au lieu de s’écrier : “Mais ! Il m’a dépassé !” à grande force de bousculades, va regarder son “dépasseur” en lui disant : “tu t’es mis devant moi, ça me met en colère, je te demande d’aller derrière”.
Bien-sûr, c’est un apprentissage sur le long terme, et pour nombre d’enfants, la réaction naturelle reste violente ou sanguine, mais un peu à la fois, certains adoptent un comportement non violent, et arrivent à mettre des mots sur leurs sentiments : j’ai eu mal, j’étais en colère, j’étais triste… Enfin, cela permet de réduire considérablement le nombre de plaintes pendant les récréations ou les temps collectifs, les enfants essayant de gérer eux-mêmes les petits conflits (ce qui ne nous dédouane pas, bien-sûr, d’une surveillance active).

A titre personnel, j’ai vécu dans ces moments de conseils mes meilleurs instants de classe : des enfants qui osent dire les choses, qui s’écoutent, qui justifient, qui trouvent des solutions, qui posent des questions, qui prennent des initiatives ! 

Voici d’autres témoignages vidéo d’enseignantes rencontrées en formation, merci à Colette, Caroline et Isabelle.

 
© photos et vidéo - Jean-Roch Masson

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics