Accueil > Documents non rubriqués

L’aide aux élèves en difficulté dans le cadre des APC

Temps de lecture : 9 minutes

Points de vigilance, pistes et modalités

Les textes de référence :

I - QUELQUES PRINCIPES

1. La non-marginalisation des élèves
Points de vigilance

  • Le premier lieu de mise en œuvre des actions d'aide aux élèves en difficulté, c’est la classe. La première démarche commence par la différenciation pédagogique.
  • Le groupe ne doit pas être replié sur lui-même.

Pistes

  • Ouverture possible à d’autres élèves pour vivre le monitorat et ainsi partager avec d’autres des temps différents et des relations nouvelles.
  • Les productions réalisées dans le cadre de cet accompagnement doivent rester en lien avec les activités de la classe et être utiles au groupe classe.
  • Les parents sont partie prenante du projet dans l’écriture et dans la mise en œuvre.

2. Faire autrement
Points de vigilance

  • Ce n’est ni le temps d’une étude surveillée, ni de la réalisation d’exercices à terminer.
  • La manière de travailler ne doit pas reproduire celle vécue durant le temps de classe.

Pistes

  • Des méthodes pédagogiques variées :
    • . développer les temps de manipulation, d’expérimentation.
    • . provoquer la verbalisation des apprentissages.
    • . changer les supports.
  • La prise en charge d’un groupe par un autre enseignant que celui des élèves concernés peut être l’occasion d’une démarche différente. L’équipe a ainsi une meilleure connaissance des élèves à soutenir et peut faire un partage des pratiques.
  • Des projets réinvestis dans la classe :
    • construire un jeu qui sera utilisé en classe.
    • écrire un texte qui sera utilisé dans une activité de classe.
    • préparer une lecture point de départ d’une activité littéraire de classe.
    • se retrouver en BCD ou à la médiathèque pour préparer un exposé, une information, ...
    • mener des activités de structuration à l’aide de l’outil informatique.
    • travailler la méthodologie autour de « l’apprendre à apprendre ».
    • organiser des groupes de soutien pour structurer et renforcer les notions peu comprises :
    • Accompagner l’élève en difficulté, quelles actions ?
  • Des activités qui ont un sens (activités détours et transversalités).
    • donner sens aux apprentissages.
    • valoriser les activités menées par les élèves.
    • améliorer leur représentation scolaire.

II – DES MODALITÉS

1. Analyse de situation pour construire une stratégie

  • Poser un diagnostic pertinent.
    Les raisons d’une difficulté peuvent être multiples : les difficultés sont d’ordre cognitif, et l’enseignant doit jouer à plein son rôle. D’autres origines peuvent être plus complexes (psycho-affectives, représentation scolaire, ….). L’accompagnement apporté par l’école doit alors être complété par l’aide de spécialiste(s).

2. Une organisation pensée en école, par cycle et en réseau pour des petites écoles de proximité

  • Être au clair sur les critères de choix par rapport aux élèves qui seront retenus :
    • le regard d’un enseignant spécialisé peut se révéler utile.
    • l’entretien personnalisé avec l’élève peut permettre de mieux discerner ses besoins.
  • Construire les contenus et les formes des actions en équipe.
    • S’inscrire dans la démarche du P.P.R.E. C’est un repère utile pour concrétiser la mise en œuvre de l’aide apportée.
    • Articuler les interventions entre les différents intervenants concernés par une action.
      => Construire le dispositif par étapes en commençant par y intégrer les acquis et les points d’appui déjà en œuvre dans l’établissement.

3. Une annualisation du temps

  • Prendre le temps du diagnostic, mener l’action sur une durée déterminée, évaluer les effets.
  • Positionner des périodes dans l’année où ces actions seront menées, tout en s’autorisant des adaptations en fonction des besoins.

4. La place des parents
Ils sont les premiers responsables de l’enfant et leur accord est indispensable. Nos références à la notion de "communauté éducative" nous amènent obligatoirement à les considérer comme membres participant au projet de l’école.

  • Les intégrer à la démarche. Différentes possibilités sont envisageables :
    • Co-animation dans des ateliers (en particulier si le support est le jeu).
    • Observation dans des activités d’étude dirigée (pour aider des parents à mieux collaborer avec leur enfant).
    • Mise en place d’un "Café pédagogique" autour d’un thème qui fait débat (temps pouvant être ouvert à des partenaires pour faciliter la réflexion : psychologie, pédiatre, orthophoniste, …).
      => L’intérêt porté par les parents au travail de l’enfant crée motivation et confiance.

5. Mener des partenariats

  • S’appuyer sur l’enseignant spécialisé.
    • Il est garant de la continuité et de la cohérence du parcours personnalisé de l’élève en grande difficulté.
    • Il est personne-ressource dans la proposition de médiations pédagogiques adaptées.
  • Articuler cette aide avec les autres dispositifs existant : l’accompagnement scolaire, Opération "Coup de pouce : CLE", …

D’autres articles à consulter :

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics